Tribune - Débats - Appel à contributions


mercredi 18 janvier 2012

Rencontre de la Mort à la Rue

Appel à témoignage écrit autour de votre rencontre de la mort à la rue Vous trouverez ci-dessous 4 premiers témoignages (cliquer sur les images pour les lire). une grille peut, si vous le souhaitez, servir de guide pour témoigner de votre rencontre éventuelle de la mort à la rue. Votre expérience est précieuse et peut ainsi être partagée. Vous pouvez l’envoyer à notre adresse mèl mortsdelarue[at]wanadoo.fr, en précisant si vous acceptez la publication sur le site. Mise en page et illustrations éventuelles seront soumises à votre accord. Voici déjà les témoignages de Moussa, responsable de maraudes, de Yann qui maraude avec les Restaurants du Coeur, de Marcel, de la bagerie Antigel, et de Elsa, travailleur social. Vous pouvez bien sur diffuser ce lien aux personnes qui pourraient être intéressées. Moussa, responsable de maraudesYann est maraudeur Marcel a connu la rueElsa est travailleur social Et pour aller plus loin, un questionnement sur votre rencontre de la mort à la rue qui pourra être publié en ligne
mercredi 14 avril 2010

L’urgence… et après ?!

ELEMENTS D’UNE POLITIQUE D’ACCOMPAGNEMENT ET DE SORTIE DE LA RUE. Pour l’ouverture d’un débat. Argument : Pourquoi tant de morts ? La fonction du Collectif Les Morts de la rue n’est pas seulement de célébrer les morts ni même de jouer le rôle de signal d’alarme .Pour être utile, il a, avec les autres acteurs du système d’aide, les associations qui le composent, l’ardente obligation de rechercher les causes de ces morts et les failles de ce système. N’ayant pas pour fonction quotidienne de parer à ce qui semble d’abord le plus pressé, abriter les sans-abri, il peut et doit adopter un point de vue plus distancié, plus global. A ce titre, nous osons dire : si l’on veut que les personnes de la rue en sortent autrement que par une mort prématurée, il ne suffit pas de les abriter, il faut aussi les accompagner. Or il manque actuellement au système une politique réfléchie de l’accompagnement, laquelle implique sans doute une réforme de ce système d’aide, et un redéploiement de ses moyens. Des éléments de réponse existent, actuellement dispersés, dans certaines expériences innovantes d’hébergement ou dans des propositions pour une autre gouvernance. Un débat doit les réunir, pour une autre politique. Télécharger ce texte dans son intégralité (PDF)
mercredi 14 avril 2010

Pas de gouvernance efficace sans volonté politique.

Olga Trostiansky (Adjointe au maire de Paris en charge de la solidarité, de la famille et de la lutte contre exclusion.) Pour répondre à l’appel du collectif des morts de la rue, dont je partage le refus de voir des personnes vivre et mourir dans la rue, nous devons réinterroger les concepts qui fondent notre politique de lutte contre la grande exclusion au regard des réalités que nous rencontrons et des objectifs que nous partageons. A ce jour, quels sont les objectifs de la « solidarité nationale » envers les plus exclus ? Quels sont les droits des plus pauvres et où sont les lois qui les font respecter ? La multiplicité des pratiques de maraude, d’aide alimentaire, d’hébergement laisse croire qu’il n’existe pas d’objectifs définis ni de volonté politique de lutter efficacement contre la grande exclusion. En matière de gouvernance, il n’existe pas de système parfait. Mais sans volonté politique, il n’existe pas de gouvernance possible. Télécharger ce texte dans son intégralité (PDF)
mercredi 14 avril 2010

Pour l’européanisation de la question des sans-abri.

Julien Damon (Professeur associé à Sciences Po (master d’urbanisme)) Le collectif « les Morts dans la rue » a assurément raison de revenir sur les politiques de prise en charge des sans-abri. Bien des progrès sont encore possibles et les bonnes volontés semblent présentes pour dépasser des conservatismes et des rentes établies. Plutôt que de nous en tenir au simple cas français, ouvrons-nous à la dimension européenne de ce problème, en montrant d’abord combien la question des sans-abri est aujourd’hui européenne, et en nous permettant ensuite quelques propositions. Télécharger ce texte dans son intégralité (PDF)
mercredi 6 mai 2009

Contribution au texte du Collectif des Morts de la rue.

Etienne PINTE (député des Yvelines) Je tiens d’abord à vous remercier des actions que vous menez en faveur des plus démunis d’entre nous, pour votre vigilance, pour votre travail d’analyse et de réflexion qui nous obligent tous à ne pas nous endormir, et pour votre force de proposition. En matière d’accueil d’urgence et d’hébergement, beaucoup a été fait ces dernières années pour tenter de répondre au mieux aux besoins. Des moyens supplémentaires ont été dégagés, des places ont été créés en CHU et en CHRS. Les 115 se sont professionnalisés. Les pouvoirs publics ont accompagné les projets innovants comme les villages de l’espoir et la diversification des modes d’hébergement ou de logement. Les associations de terrain n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire face à l’urgence de très nombreuses situations. Télécharger ce texte dans son intégralité (PDF)

Agenda

<<

2014

>>

<<

Août

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031